Retraite psychédélique : des vacances idéales pour la santé mentale ?

Retraite psychédélique : des vacances idéales pour la santé mentale ?

Imaginez que vos collègues vous invitent au Club Med.

Malheureusement, vous n’êtes pas du genre à danser la macarena. Vous rêvez plutôt d’aventure.

Aujourd’hui, un nouveau type de vacances s’offre à vous : les retraites psychédéliques.

Lors de ces séjours organisés, les participants sont initiés à la consommation de champignons magiques ou autres psychédéliques.

Je vous vois sourire. C’est pourtant très sérieux. La consommation de ces substances hallucinogènes permettrait notamment de soulager la dépression.

Vous vous demandez comment se déroule une retraite psychédélique ? Je vous propose de le découvrir dans cet article.

Qu’est-ce qu’une retraite psychédélique ?

Une retraite psychédélique est un séjour d’initiation à la prise de substances psychédéliques telles que la psilocybine, l’ayahuasca, le LSD ou la mescaline.

Les retraites psychédéliques se présentent souvent comme des expériences de transformation de soi.

N’étant pas légales en France, les retraites psychédéliques s’effectuent habituellement aux Pays-Bas ou en Espagne.

Elles se déroulent en petits groupes avec un accompagnement soutenu. L’équipe de facilitateurs et accompagnants de ces retraites est souvent constituée de psychothérapeutes. Cependant, nous pouvons aussi y voir des experts en développement personnel ou même des chamanes.

Le renouveau des psychédéliques

Depuis la révolution psychédélique dans les années 1960, les psychédéliques sont tombés dans l’oubli. La politique anti-drogue lancée par le président Nixon en 1969 contribue à la diabolisation de ces substances. Le renouveau des psychédéliques date des années 2000 avec la reprise des recherches sur la psilocybine par l’université Johns Hopkins aux Etats-Unis.

Puis, récemment, les travaux de l’auteur américain Michael Pollan contribuent à revaloriser l’usage des psychédéliques. Dans son livre How to Change your Mind, Michael Pollan souligne le potentiel thérapeutique des champignons psychédéliques dans le traitement de certaines maladies mentales telles que la dépression, l'anxiété, les traumatismes et la dépendance.

En France, le travail du Dr. Olivier Chambon aide également à faire connaître les psychédéliques au grand public. Rappelons toutefois, que l’usage de ces substances en France est interdit.

Comment se déroule une retraite psychédélique ?

Le cadre des retraites psychédéliques est souvent similaire à des retraites spirituelles. La journée débute souvent par des séances de yoga ou de méditation. Les encadrants encouragent parfois les promenades en forêts afin d’aérer l’esprit des participants. Les repas sont constitués habituellement d’aliments légers et sains.

L’un des éléments clés du bon déroulement des retraites est le “set and setting". Il s’agit de l’encadrement de la prise des psychédéliques. Le soin accordé au cadre est essentiel pour éviter les “bads trips”.

La prise de psychédéliques est souvent rythmée par des rituels chamaniques de protection, de gratitude et de partage. Cela permet aux participants de s’ouvrir sur leurs expériences qui peuvent parfois être très intenses. En effet, certains participants peuvent être amenés à revivre des expériences traumatisantes.

Les retraites psychédéliques sont souvent suivies d’une période d’intégration. Les participants à la retraite sont encouragés à pratiquer des exercices quotidiens de respiration et de visualisation. Ils sont également invités à participer à des appels zoom hebdomadaires avec leur facilitateur ainsi qu’à des groupes de soutien sur WhatsApp.

Bienfaits potentiels de la psilocybine

D'après les spécialistes de ces retraites, les psychédéliques ne sont pas une solution miracle. Ils sont plutôt une source de travail pour recâbler le cerveau. D’après les nombreux témoignages, les expériences psychédéliques possèdent un effet positif sur l'humeur. D’après les recherches de l'université John Hopkins, la thérapie psychédélique à la psilocybine pourrait notamment soulager de nombreux troubles dépressifs.

En effet, d’après cette étude de 2017 du chercheur anglais James Rucker, la prise de psilocybine augmente naturellement les niveaux de dopamine, ce qui favorise la plasticité cérébrale. Par ce mécanisme, la psilocybine rendrait le cerveau plus souple. Elle permettrait ainsi aux individus de sortir des schémas habituels de pensées et de comportements associés aux troubles dépressifs. En résumé, elle permettrait de régénérer le cerveau.

Conclusion

Les retraites psychédéliques sont une nouvelle tendance dans le champ des thérapies naturelles. Elles offrent au participant la possibilité d'expérimenter la prise de psychédéliques dans un cadre sécurisé. Longtemps diabolisés par les médias, les psychédéliques retrouvent une certaine popularité depuis les années 2000. Ces substances permettent notamment de soulager certains troubles dépressifs. Sommes-nous à l’aube de grandes découvertes dans le champ de la santé mentale ?

Sources et références :

Johns Hopkins Center for Psychedelic and Consciousness Research. (s. d.). https://www.hopkinsmedicine.org/psychiatry/research/psychedelics-research

Rucker, J., Iliff, J., & Nutt, D. (2018). Psychiatry &amp ; the psychedelic drugs. Past, present &amp ; future. Neuropharmacology, 142, 200‑218. https://doi.org/10.1016/j.neuropharm.2017.12.040

En lire plus

Enthéogènes : aux origines de leur utilisation dans la spiritualité
champignon-magique-santé-mentale-trouble-bipolaire

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés.

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.