Les champignons hallucinogènes sont-ils vraiment magiques ?

Les champignons hallucinogènes sont-ils vraiment magiques ?

Connaissez-vous les truffes magiques ?

Vous vous en doutez, vous ne trouverez pas ces champignons en Dordogne. 

Vous ne les trouverez pas non plus dans le commerce, car ces champignons sont interdits en France.

Je vous parle ici des champignons hallucinogènes, ou “champignons magiques”. 

Soyons clairs sur un point.

Je ne vous encourage pas à en consommer. Ces champignons comportent des risques réels pour la santé. De plus, ils appartiennent à la liste des stupéfiants en France depuis 1990. 

L’objectif de cet article est simplement pédagogique. Je vous propose de découvrir le fonctionnement de ces champignons, leur histoire, ainsi que leurs bienfaits et risques potentiels.

Les champignons hallucinogènes : c’est quoi ?

Les champignons psychédéliques ou champignons magiques sont des champignons qui contiennent des substances psychotropes. Ces substances naturelles telles que la psilocybine et la psilocine sont susceptibles de modifier l'activité mentale. Elles provoquent généralement des hallucinations. 

Les effets de ces substances durent généralement 4 à 6 heures avant de s’atténuer progressivement. 

A l’origine, ces champignons se consomment dans un contexte culturel bien spécifique, celui des peuples autochtones. Dans ces tribus, les chamanes les utilisent comme des techniques d’accès à l’extase. 

D’après de nombreux témoignages, ces champignons permettraient de prendre une distance avec l'ego. Ils favoriseraient l’accès à une conscience de soi et du monde élargie. Certaines personnes témoignent même d'expériences spirituelles.

Les champignons hallucinogènes provoquent une exacerbation des perceptions sensibles. Les couleurs se manifestent de façon plus vive. La lumière apparaît plus intense. 

La recherche de ces expériences sensorielles conduit aujourd’hui à utiliser ces champignons dans les sphères new age. Pourtant, la consommation de ces champignons a une longue histoire qui dépasse l’usage purement récréatif. 

L’histoire des champignons hallucinogènes

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’utilisation des champignons hallucinogènes ne date pas d’hier. 

Les premières traces de ces champignons dans l’histoire datent du néolithique ! En effet, selon les travaux de l’ethnologue Giorgio Samorini, ces champignons auraient été identifiés sur des peintures rupestres au Sahara, datant d’il y a 7 à 9 000 av. JC.

Ces champignons étaient aussi couramment utilisés par les Aztèques lors de cérémonies religieuses. Ils permettaient aux chamanes de rencontrer des entités divines, prévoir l’avenir et soulager certaines affections. Ils appelaient d’ailleurs ces champignons « la chair des dieux. » 

Cependant, lors de l’inquisition espagnole en 1478, ces pratiques culturelles sont interdites. L’église catholique condamnent l’usage de ces champignons « sacrés » dans les tribus indigènes. Leur usage subit alors une forme de marginalisation. 

Les champignons hallucinogènes sont redécouverts plus tard dans l’histoire. En 1957, un ancien banquier du nom de Robert Gordon Wasson écrit un article sur le sujet des rituels sacrés du peuple Mazatèque au Mexique. Il raconte notamment que les mazatèques utilisaient des champignons hallucinogènes lors de leurs rituels ! Cet article connaît alors un grand retentissement dans la communauté hippie, dans les années 1960.

Quelques années plus tard, la société pharmaceutique Sandoz parvient à isoler, synthétiser et breveter le processus d'extraction de la psilocybine, présente dans les champignons hallucinogènes. C’est le début alors d’une grande révolution dans le champ de la médecine psychédélique.

La composition et le mode de fonctionnement des champignons magiques  

Your brain on psilocybin.jpg - G. Petri, P. Expert, F. Turkheimer, R. Carhart-Harris, D. Nutt, P. J. Hellyer and F. Vaccarino - https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/

Parmi plus de 200 espèces de champignons hallucinogènes, on retrouve le psilocybe azurescens, le panaeolus cyanescens ou encore le psilocybe semilanceata

Mais de quoi sont composés ces champignons ? Et surtout, comment agissent-ils sur notre cerveau ? 

Les champignons hallucinogènes sont composés de 2 molécules principales : la psilocine et la psilocybine. Ce sont des susbtances qui provoquent des effets similaires à ceux du LSD. 

Lors de la digestion, une partie de la psilocybine se transforme en psilocine, qui est, de nos jours, la seule molécule vraiment psychoactive que l’on connaisse. 

La molécule psilocine a exactement la même forme que la sérotonine, le neurotransmetteur qui régule notre humeur.

Mais que se passe-t-il dans notre cerveau ?

Pour faire court, la psilocybine s’attache sur les récepteurs à sérotonine appelés 5-HT2A. Plus il y a de récepteurs occupés par des molécules et plus l’effet psychédélique est intense. Grâce à cette action, la communication se fait partout dans le cerveau. En se référant à l’image ci-dessus, un cerveau sous psilocybine (b) voit pratiquement tous ses neurones connectés entre eux alors qu’un cerveau à l’état courant (a) ne communique qu’entre certaines zones. 

Les canaux de communication entre les neurones et les différentes parties du cerveau sont libérés. Des synapses sont créées en masses, ce qui facilite la communication entre les neurones. La plasticité cérébrale est largement augmentée. 

Vous devez vous demander ce que cela signifie concrètement, non ? 

La plasticité cérébrale est la capacité du cerveau à créer, défaire ou réorganiser les réseaux de neurones et les connexions de ces neurones. Le cerveau est alors capable de se modifier à travers des apprentissages.

En bref, la psilocybine nous permet de retrouver notre cerveau d’enfant. Nous sommes fascinés par tout ce que nous voyons, nous sommes beaucoup plus sensibles émotionnellement et notre imagination est débordante.  

Les différentes méthodes de consommation de la psilocybine 

Le dosage varie en fonction des espèces. Pour des champignons secs, les effets arrivent à partir d’une dose de 0.25g, ils sont faibles entre 0.25g et 1g, moyens entre 1g et 2.5g et forts entre 2.5g et 5g. Pour des champignons frais, il faut multiplier les doses par 10 pour obtenir des effets équivalents. 

Il existe différentes manières de consommer ces champignons :

  • Crus ou cuits. 
  • Sous forme de capsules.
  • En poudre.
  • En infusion, broyés dans du thé ou mélangés à une boisson.

Toutefois, il ne faut jamais les injecter par voie intraveineuse, car cela peut provoquer un choc septique ou une défaillance poly viscérale.

Mais concrètement, vous vous demandez peut-être ce qu’il se passe dans le corps quand on mange ces champignons ?

Et bien, ces champignons déclenchent une indigestion. C’est pourquoi il est important de ne pas manger 3 à 4 heures avant d’en consommer oralement pour éviter tout effet indésirable. Par ailleurs, ces champignons n’ont pas très bon goût. C’est pourquoi ils sont souvent consommés en infusion.

De nos jours, une nouvelle habitude apparaît de plus en plus : le microdosage. Le microdosage consiste à prendre régulièrement de petites doses de psychédéliques, afin de profiter des effets bénéfiques quotidiennement sans subir les effets négatifs. Un certain nombre de PDG de la Silicon Valley ont récemment admis prendre part à cette pratique.  

Selon divers témoignages, le microdosage de champignons permettrait de développer l’ouverture d’esprit, les performances, l’attention et réduire l’inhibition.

Les champignons hallucinogènes sont-ils bon pour la santé mentale ?

Les champignons hallucinogènes peuvent aider les personnes souffrant de maladies mentales comme l’anxiété et la dépression. En effet, en stimulant la plasticité du cerveau, ils facilitent le remplacement d’apprentissages problématiques par des nouveaux. 

Par ailleurs, des études de recherche montrent que la psilocybine aurait des effets positifs chez les patients souffrant de troubles obsessionnels compulsifs. 

“La psilocybine perturbe les circuits ruminatifs de haut niveau dans le cortex cérébral et libère ainsi immédiatement le cerveau des pensées dépressives.” 

David Nutt, scientifique britannique, reconnu pour son expertise sur les psychédéliques.

De plus, selon le leader reconnu du traitement de la toxicomanie :

“Contrairement aux médicaments traditionnels, la psilocybine aide à développer une force intérieure afin de surmonter les difficultés et permet d’aller de l'avant dans une perspective différente”.

Evan Wood, docteur en médecine, professeur de médecine à l'université de Colombie-Britannique et conseiller auprès de la Commission mondiale sur la politique des drogues.

Ces champignons auraient également un impact sur la dépendance. En effet, en 2014, des chercheurs d’une université américaine ont analysé leurs impacts sur 15 fumeurs. Suite à un seul test, 80% des participants ont arrêté de fumer ! 

Cependant, il est toujours important de garder une certaine distance, rien n’est aussi simple, ce n’est pas en prenant des champignons que tous vos problèmes disparaîtront. Les essais qui ont déjà été réalisés étaient effectués en parallèle d’une thérapie. Selon le Dr Carhart-Harris, une automédication avec des champignons hallucinogènes serait “une erreur de jugement”.

Les champignons magiques offrent donc plus qu’un simple trip psychédélique. Ils offriraient un potentiel intéressant dans le traitement d’affections liées à la santé mentale.

Cependant, ce sujet est à prendre avec des pincettes, les champignons restent une drogue et comportent de nombreux risques. 

Les risques des champignons hallucinogènes

Les risques pour l’organisme 

Dans un premier temps, les champignons hallucinogènes ne créent pas de dépendance ou de phénomène d'addiction. Au contraire, ils seraient même plutôt bien tolérés par l’organisme. C’est pourquoi, beaucoup d’études affirment que les champignons hallucinogènes seraient la drogue la moins dangereuse qui existe.

Cependant la consommation de ces champignons n’est pas sans risque. Des overdoses avec ces champignons peuvent conduire à des crises de panique, de paranoïa voire de la psychose. 

Ces altérations de la conscience peuvent alors engendrer des risques physiques réels (chutes, blessures, voire consommation d’un champignon toxique par erreur…). 

Les flashbacks

Les champignons hallucinogènes peuvent également causer des « flashbacks ». Il s’agit d’une réapparition imprévue des effets pendant une courte période de temps, plusieurs semaines ou plusieurs mois après la consommation. 

Par exemple, vous êtes en rendez-vous avec des investisseurs importants ou vous commencez votre séance de sport quotidienne lorsque tout à coup, la pièce se déforme, vos perspectives sont perturbées… Impossible de continuer votre tâche normalement après cela ! 

Les risques psychologiques

Par ailleurs, les champignons magiques peuvent laisser d’importantes séquelles psychologiques sur le long terme. En effet, certaines personnes vivent des expériences traumatisantes qui les marquent à jamais. 

De plus, lors de la redescente, ainsi que les jours qui suivent, il est très courant de ressentir un certain mal-être et une fatigue physique et mentale. 

Alys, une adepte de la thérapie aux champignons hallucinogènes l’affirme : "C'était comme si la réalité me tombait dessus et j'avais l'impression d'être dans un monde à part. Je retournais en quelque sorte dans cet état d'esprit négatif et dépressif pendant la semaine. Si les champignons ont eu un impact positif considérable sur ma santé mentale, ce n'était pas suffisant en soi. Ce qui a vraiment fait évoluer la situation pour moi a été la thérapie et d'apprendre à me respecter."

Comment éviter les risques ?

Comme vous l’avez compris, la prise de champignons hallucinogènes comporte de nombreux risques. Cependant, il existe des moyens de les éviter.

Le premier conseil que l’on peut vous donner, et que l’on estime être le plus important, est de se renseigner un maximum avant de tenter cette expérience. Même si beaucoup d’études affirment que les champignons seraient la drogue la moins dangereuse, une mauvaise préparation peut entraîner le pire. Mais alors, comment s’informer ? Le mieux est de se renseigner sur les différentes espèces, ainsi que leur dosage qui varie considérablement en fonction des espèces. 

Ensuite, le « set and setting » est aussi un élément essentiel dans la prise de champignons hallucinogènes. Beaucoup d’utilisateurs recommandent d’être dans un lieu sûr, de préférence privé et avec des personnes avec qui vous vous sentez à l’aise. De plus, il est préférable d’avoir avec vous un « trip-sitter » c’est-à-dire une personne sobre qui est capable de vous gérer en cas de dérapage. 

Les mélanges sont également déconseillés, notamment avec le cannabis, les amphétamines et l’alcool, car ils augmentent les risques d’effets secondaires graves.  

Les effets des drogues sont propres à chacun, cependant, les personnes prédisposées aux troubles psychiatriques ou qui en souffrent de troubles mentaux peuvent être sujettes à des effets secondaires plus importants. C’est pourquoi, toute consommation de ces champignons à des fins médicales doit être appuyée par un thérapeute compétent.

Enfin, cela va de soit mais il est recommandé de ne pas conduire un véhicule ou d’entreprendre une activité jugée « à risques ». Il est aussi préférable d’avoir des benzodiazépines comme du Xanax à proximité, car ils sont connus pour leurs effets calmant, ce qui pourrait servir de « trip-killer » si besoin. 

La législation : vers une légalisation des champignons hallucinogènes en France ?

Depuis 1970, les champignons hallucinogènes sont classés comme une drogue de type 1 aux Etats-Unis avec l’héroïne, le LSD, l’ecstasy et le cannabis. Ce type de drogue est décrit comme ayant un haut potentiel d’addiction et aucun usage médical possible. Pourtant, de nombreuses études scientifiques affirment le contraire.

Certains gouvernements ou États commencent à l’accepter. Ainsi les États du Colorado, de l’Oregon ainsi que le Brésil ont rendu la consommation de ces champignons légale. 

Toutefois, les législations ne sont pas équivalentes à leur propos. 

En France, les champignons hallucinogènes sont inscrits sur la liste des stupéfiants depuis 1990. L’usage, la possession ainsi que le trafic en sont interdits sous peine d’amende jusqu’à 7 500 000€ et 30 ans de prison.

De plus en plus de recherches prouvent leurs bienfaits sur les troubles mentaux tels que la dépression ou l’anxiété. Cependant, la prescription médicale de ces champignons reste interdite en France à ce jour.

Conclusion

Tout comme les autres champignons, les champignons hallucinogènes ont de nombreux bienfaits pour l’être humain. Ils offrent un potentiel intéresssant dans le traitements de troubles mentaux comme la dépression ou les troubles obsessionnels compulsifs. 

Ces champignons ne sont pourtant pas sans risques. En effet, ils peuvent causer des badtrips aux effets dangereux pour la santé. 

C’est pourquoi ils restent en France classés dans la catégorie des stupéfiants ! Enfin, peut-être plus pour longtemps… 

Dossier réalisé par Léa Courteix et Samuel Tessier


Sources :

A la poursuite  du champignon magique - Actualités, vidéos et infos en direct. (s. d.). Le Monde.fr. https://www.lemonde.fr/la-quete-du-champignon-magique/

Animalogic. (2023, 17 février). How Magic Mushrooms Take Your Brain For One Hell Of A Trip [Vidéo]. YouTube. https://www.youtube.com/watch?v=DYTDwJuHJgM

Canada, S. (2023, 8 février). Psilocybine et psilocine (champignons magiques). Canada.ca. https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/dependance-aux-drogues/drogues-illicites-et-reglementees/champignons-magiques.html

Champignons hallucinogène. (s. d.). https://www.smhv.net/champignons-hallucinogene

Clément Frénay. (2022, août 22). Comment ce champignon hallucinogène change ton corps - les effets de la psilocybine[Vidéo]. YouTube. https://www.youtube.com/watch?v=l4XrVXDv1C8

Delta Plane. (2020, 5 mai). Tout savoir sur les CHAMPIGNONS HALLUCINOGÈNES en 10min [Vidéo]. YouTube. https://www.youtube.com/watch?v=KdXdshxTphQ

Fred. (2023, 6 février). Champignons hallucinogènes légaux : Que retenir ? - FCMRR. FCMRR. https://www.fcmrr.fr/champignons-hallucinogenes-legaux/#Les_champignons_magiques_En_route_vers_leurs_legalisation

Jess. (2023, 6 avril). La psilocybine en France : Autorisée ou hors-la-loi ? » ; Cannabig info : Votre média d’actualités et. Cannabig info. https://cannabig.info/la-psilocybine-en-france/

Le dico des drogues - Champignons hallucinogènes - Drogues Info Service. (s. d.). https://www.drogues-info-service.fr/Tout-savoir-sur-les-drogues/Le-dico-des-drogues/Champignons-hallucinogenes

SXSW. (2023, 12 avril). How Psilocybin Mushrooms Can Help Save the World with Paul Stamets | SXSW 2023 [Vidéo]. YouTube. https://www.youtube.com/watch?v=qry8K7KPHIQ

VICE TV. (2018, août 24). Psilocybin Mushrooms & The Path to Higher Consciousness [Vidéo]. YouTube. https://www.youtube.com/watch?v=QwV3qXeLfzM

Ordoñez, M. A. (2022, 18 février). Quelles Espèces De Champignons Magiques Sont Les Plus Fortes ? Zamnesia. https://www.zamnesia.fr/blog-champignons-magiques-plus-fortes-n2428

Radio-Canada.ca. (s. d.). Les vertus médicinales des champignons hallucinogènes | Radio-Canada.ca. https://ici.radio-canada.ca/reportage-photo/2543/champignon-depression-psilocybine-microdose-medicament-hallucinogene-champis

Smith, S., & Benge, I. B. M. (2021, 30 novembre). Champignons hallucinogènes : pourquoi un tel succès auprès des femmes. Refinery29. https://www.refinery29.com/fr-fr/2021/11/10782318/bienfaits-champignons-hallucinogenes

En lire plus

Le champignon de Paris : tout ce qu’il faut savoir
Des champignons de la Nasa pour aller sur Mars ?

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés.

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.