Pleurote du panicaut : le fils oublié de la famille pleurote

pleurote-du-panicaut-champignons

Avez-vous déjà entendu parler du pleurote du panicaut ?

Ce champignon est souvent oublié au profit de son frère le pleurote en huître. Il est pourtant le meilleur comestible de la famille des pleurotes. 

Pourquoi est-il donc si peu connu du grand public ? 

Vous allez découvrir dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur le pleurote du panicaut. 

Qu’est-ce que le pleurote du panicaut ? 

pleurote-du-panicaut-champignon-médicinal

Le pleurote du panicaut ou pleurotus eryngii est un champignon comestible de la famille des pleurotes. 

Très populaire dans le sud de la France et l’Espace, il possède plusieurs appellations régionales comme par exemple bérigoule en Occitanie. 

Sur l’île d’Oléron, ce champignon a été baptisé du joli nom de « doridelle des dunes » en raison de son biotope très spécifique. En effet, le pleurote du panicaut a la particularité de pousser sur les dunes grises du littoral. 

Cette espèce n’est pas très répandue dans la nature. Cela explique probablement les limites de sa notoriété. 

Le pleurote du panicaut est une espèce saprophyte, c’est-à-dire qu’elle se développe en se nourrissant de plantes en décomposition. Plus précisément, ce champignon se développe sur les racines mortes du chardon panicaut. 

Il possède également des vertus médicinales. Ce champignon est notamment présenté comme étant un stimulant immunitaire dans le livre du Dr Servan-Schreiber “Anticancer”.

Il s’utilise également dans la médecine chinoise où il porte le nom de xing bao gu.

Comment reconnaître le pleurote du panicaut ?

pleurote-du-panicaut-identification

Le pleurote du panicaut peut s’identifier à son pied central de taille massive et de couleur blanche. 

Les lames du champignon sont également blanches puis prennent une couleur crème en vieillissant. 

Le chapeau du champignon est de couleur gris brunâtre.

Enfin le pleurote du panicaut possède une chair blanchâtre à la fois épaisse et tendre. 

Où trouver le pleurote du panicaut ? 

Le pleurote du panicaut est une espèce relativement rare à l’état sauvage. On le trouve en Europe, particulièrement dans le sud, ainsi qu’en Asie mineure et en Inde.

Il pousse sur les sols calcaires, les terrains sableux ou pierreux. Vous le trouverez avec un peu de chance en moyenne montagne ou sur des bords de mer.

Ce champignon est aussi connu pour parasiter les racines d’une plante herbacée du nom de panicaut maritime ou panicaut champêtre. 

Culture du pleurote du panicaut 

Bien que le mode de développement naturel du champignon soit très particulier, il est aussi possible de le cultiver sur un substrat constitué de matière organique. 

Il vous faut pour cela vous procurer du mycélium de pleurote sur grain puis suivre les étapes classiques à la culture des champignons

A ce jour, le pleurote du panicaut fait l’objet d’une culture industrielle en Europe, au Moyen-Orient, Amérique du Nord ainsi que dans plusieurs régions d’Asie. 

Toutefois la culture de ce champignon reste plus confidentielle que celle du pleurote en huître. 

Quand cueillir les pleurotes du panicaut ?

champignon-médicinal-pleurote-du-panicaut

Le pleurote du panicaut pousse entre la fin de l’été jusqu’à la fin de l’hiver. 

La période la plus propice pour une récolte est le mois d’octobre jusqu’à la fin décembre. 

Risques de confusion

En raison de son habitat très particulier, le risque de confusion avec d’autres champignons est faible. 

Il existe toutefois une confusion possible avec l’argouane (lepista panaeolus). Ce champignon se développe également sur les terrains herbeux en automne. Il se distingue du pleurote du panicaut par les tâches arrondies qu’il porte sur son chapeau et ses lames adnées (perpendiculaires au pied).

Le risque de confusion n’est pas très grave car l’argouane est également comestible. Toutefois, il est toujours mieux de savoir ce que l’on mange. 

Composition nutritionnelle 

Le pleurote comporte une mine de nutriments :

  • Vitamines : C, B et D ;
  • Polysachardydes : beta-glucanes ;
  • Minéraux et oligo-élements : sélénium, ergothioneine, glutathion.

Les propriétés médicinales

pleurote-du-panicaut-bienfaits-santé

Le pleurote du panicaut possède de nombreux bienfaits pour la santé. Il est d’ailleurs cité par David Servan Schreiber dans son livre “Anticancer” comme étant le champignon le plus efficace dans la lutte contre le cancer

Bien qu’il possède probablement un réel potentiel anti-cancer, ce champignon n’est certainement pas le seul. En effet, d’autres espèces telles que le chaga ou l’agaricus blazei possèdent sont également connus pour avoir ces propriétés. 

Ces bienfaits proviennent de la présence dans le champignon de nombreux antioxydants naturels.

Le pleurote du panicaut contient notamment de l’ergothionéine, un acide aminé qui aide à réduire les dommages causés par les radicaux libres et le stress oxydatif. 

Il possède aussi du sélénium, un antioxydant qui agit sur la protection du système immunitaire

Le pleurote du panicaut dans la cuisine 

Le pleurote du panicaut a la réputation d’être le plus savoureux des pleurotes.

Selon les gastronomes, ce champignon a un goût qui se rapproche de la cinquième saveur (umami). 

Il peut se préparer en sauce pour accompagner des tagliatelles à la carbonara, un risotto, ou bien une recette au four.  

Conclusion

Le pleurote du panicaut est un excellent champignon comestible. Très apprécié dans la cuisine locale française, il est connu comme étant le plus savoureux des pleurotes.

Le pleurote du panicaut est aussi un champignon médicinal riche en nutriments.

Il est notamment cité par le docteur David Servan Schreiber comme étant un aliment au potentiel anti-cancer. 


Sources et références : 

Dr David Servan Schreiber; 2007, Anticancer

Courtecuisse, R., Duhem, B. (2013). Champignons de France et d’Europe. 543p. Delachaux et Nestlé

Guillaume Eyssartier, Pierre Roux (2010). Le Guide des champignons, France et Europe. 940p. Belin Littérature et Revues.

Jacques Guinberteau . (2011) Le petit livre des champignons des dunes. 80p. Edition Confluences.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *